x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

Protection sociale

Chaque trimestre ou chaque mois, votre employeur vous déclare. La Caisse d’Allocations Familiales (CAF) verse pour lui des cotisations à 3 organismes qui gèrent votre protection sociale.

La Sécurité sociale

  • Assurance maladie, maternité, décès, accident du travail
  • Assurance vieillesse
  • Allocations familiales

Pôle emploi

  • Assurance chômage

L ’IRCEM

  • Retraite complémentaire
  • Prévoyance (incapacité, invalidité…)

L’article 17 de la Convention collective envisage la couverture maladie et accident des assistants maternels. L’ accord de prévoyance précise les conditions d’application des garanties en cas d’incapacité de travail ou d’invalidité.

 

Le Groupe IRCEM est le groupe de protection sociale au service des salariés, des particuliers employeurs et des retraités du secteur des emplois de la famille et des services à la personne. Il vous accompagne dans votre vie quotidienne.

Au sein du groupe, 3 institutions :

  • IRCEM Retraite, qui gère la retraite complémentaire des salariés du secteur.
  • IRCEM Prévoyance, qui offre des garanties de prévoyance collective.
  • IRCEM Mutuelle qui propose des garanties facultatives.

Vous pouvez joindre l’IRCEM du lundi au vendredi de 8h à 18h au : 0 980 980 990
Vous souhaitez écrire à l’IRCEM, n’oubliez pas d’indiquer sur toutes vos correspondances, papier ou électronique, vos coordonnées complètes (nom, prénom, numéro d’identifiant client IRCEM, numéro de Sécurité sociale, adresse et numéro de téléphone). Sur votre enveloppe, précisez l’objet de votre demande et adressez-la à : Groupe IRCEM – 261, avenue des Nations Unies – 59672 Roubaix cedex 1.

Lorem ipsum dolores

Les assistant(e)s maternel(le)s bénéficient d’un accord collectif de prévoyance dont la gestion a été confiée par les partenaires sociaux à l’IRCEM Prévoyance.

Le versement des prestations est assuré par l’IRCEM Prévoyance.

Cet accord prévoit plusieurs garanties :

  • Une indemnisation complémentaire à la Sécurité sociale pour les arrêts de travail pour maladie, accident ou invalidité de catégorie 2 et 3.
  • Une rente éducation croissante versée à vos enfants en cas de décès ou de perte totale et irréversible d’autonomie.
  • Une garantie maladies redoutées qui vous serait versée sous la forme d’un capital en cas de survenance d’une des pathologies couvertes par l’accord.
  • Le maintien de garantie qui vous permet de bénéficier d’une indemnisation sur une durée de 4 mois en cas de rupture ou de suspension du contrat de travail.

Lorem ipsum dolores

Vous cotisez, comme tous les salariés du secteur privé, à la retraite de base de la Sécurité sociale. Vous cotisez également à la retraite complémentaire auprès d’une caisse retraite ARRCO. C’est l’IRCEM Retraite qui gère les droits à la retraite complémentaire des assistant(e)s maternel(le)s.

Votre retraite = retraite de base (Sécurité sociale) + retraite complémentaire

Comment se construit votre retraite complémentaire ?

Vos cotisations de retraite complémentaire sont transformées en points de retraite.

Au moment de prendre votre retraite, le total des points est multiplié par la valeur du point (revalorisé chaque année au 1er avril) et donne ainsi le montant annuel de votre retraite complémentaire.

Points obtenus x valeur de point = montant de la retraite annuelle

Bon à savoir

  • Entre 35 et 50 ans, vous recevez tous les 5 ans un Relevé Individuel de Situation (RIS). Il s’agit d’un récapitulatif de votre carrière et des droits obtenus dans tous vos régimes de retraite, de base et complémentaire.
  • A partir de 55 ans, vous recevrez en complément de ce relevé une estimation de votre future re- traite (EIG).

Vous pouvez avoir une vue globale de tous vos points acquis pendant votre carrière salariée, dans le secteur privé, via un document intitulé Relevé Actualisé de Points (RAP).
Pour consulter votre RAP ou disposer d’informations sur votre retraite, rendez-vous sur votre portail : www.ircem.com.

Lorem ipsum dolores

Une indemnité complémentaire en cas d’incapacité de travail est versée aux salariés en arrêt maladie, accident de la vie privée, accident de travail et assimilé, en complément des indemnités journalières versées par la Sécurité sociale.

Conditions d’attributions liées aux salariés :

  • Avoir un agrément en cours de validité.
  • Être immatriculé à la sécurité sociale depuis au moins 12 mois.
  • Avoir cotisé sur la période globale des 4 trimestres civils précédant l’interruption de travail sur la base d’un salaire cumulé dans la profession au moins égal à 40% du montant du minimum vieillesse et d’invalidité (dans les conditions fixées par la Sécurité sociale pour l‘ouverture des droits aux prestations en espèces).
  • Avoir justifié de son incapacité de travail dans les 48 heures à son employeur sauf impossibilité absolue.
  • Être soigné sur le territoire de l’Union européenne.
  • Se soumettre à une contre-visite, s’il y a lieu.

À partir de quand peut-on percevoir les indemnités ?

Les indemnités journalières de la Sécurité Sociale sont versées à partir du :

  • 1er jour d’absence en cas d’accident du travail ou maladie professionnelle ;
  • 4ème jour dans tous les autres cas.

Les indemnités complémentaires versées par l’IRCEM sont dues :

  • À partir du 8ème jour de l’arrêt en cas de maladie,
  • À partir du 1er jour d’arrêt en cas d’accident de trajet ou d’accident du travail chez l’employeur.

Montant des indemnités d’incapacité

La garantie de base totale mensuelle est égale à 76 % du salaire brut de référence, plafonné à 100 % du salaire net de référence.

La garantie de base totale journalière est égale à 1/30ème de la garantie mensuelle.

L’indemnité journalière d’incapacité complémentaire est égale à la garantie de base totale journalière moins l’indemnité journalière de la Sécurité sociale.

Durée de l’indemnisation

L’indemnité complémentaire prendra fin :

  • À la cessation du paiement des indemnités journalières de la Sécurité sociale,
  • À la date d’effet d’une rente invalidité,
  • Au premier jour d’effet de la retraite.

Lorem ipsum dolores

En cas d’invalidité de 2ème ou de 3ème catégorie reconnue par la Sécurité sociale ou en cas de rente accident du travail pour une invalidité égale ou supérieure à 66 %, une rente d’invalidité complémentaire à celle de la Sécurité sociale peut être versée aux salariés.

Conditions d’attribution liées aux salariés, en plus de son invalidité

  • Avoir un agrément en cours de validité,
  • Être immatriculé à la Sécurité sociale depuis au moins 12 mois,
  • Avoir cotisé sur une période globale des 4 trimestres civils précédant l’interruption de travail sur la base d’un salaire cumulé dans la profession au moins égal à 40 % du montant du minimum vieillesse et d’invalidité (dans les conditions fixées par la sécurité sociale pour l’ouverture des droits en rente d’invalidité),
  • Être soigné sur le territoire de l’Union européenne,
  • Se soumettre à une contre-visite s’il y a lieu.

Montant de la rente d’invalidité

Le montant de la rente annuelle d’invalidité est égal à 90 % du salaire de référence annuel, net de charge sociale, moins la pension ou rente versée par la Sécurité sociale, avant déduction des prélèvements sociaux.

Durée de l’indemnisation

L’indemnisation prend fin :

  • En cas d’arrêt des versements de la Sécurité sociale,
  • Ou à la date d’effet de la retraite,
  • Ou, au plus tard, aux 60 ans du salarié.

Lorem ipsum dolores

En cas d’invalidité de 2ème ou de 3ème catégorie reconnue par la Sécurité sociale ou en cas de rente accident du travail pour une invalidité égale ou supérieure à 66 %, une rente d’invalidité complémentaire à celle de la Sécurité sociale peut être versée aux salariés.

Conditions d’attribution liées aux salariés, en plus de son invalidité

  • Avoir un agrément en cours de validité,
  • Être immatriculé à la Sécurité sociale depuis au moins 12 mois,
  • Avoir cotisé sur une période globale des 4 trimestres civils précédant l’interruption de travail sur la base d’un salaire cumulé dans la profession au moins égal à 40 % du montant du minimum vieillesse et d’invalidité (dans les conditions fixées par la sécurité sociale pour l’ouverture des droits en rente d’invalidité),
  • Être soigné sur le territoire de l’Union européenne,
  • Se soumettre à une contre-visite s’il y a lieu.

Montant de la rente d’invalidité

Le montant de la rente annuelle d’invalidité est égal à 90 % du salaire de référence annuel, net de charge sociale, moins la pension ou rente versée par la Sécurité sociale, avant déduction des prélèvements sociaux.

Durée de l’indemnisation

L’indemnisation prend fin :

• En cas d’arrêt des versements de la Sécurité sociale,

• Ou à la date d’effet de la retraite,

• Ou, au plus tard, aux 60 ans du salarié.